Accueil » Points de vue » Feu vert pour les investissements dans les énergies renouvelables

Feu vert pour les investissements dans les énergies renouvelables

2018-10-04T09:46:24+00:0025 septembre 2018|Points de vue|

Autrefois considérés comme un placement audacieux, les produits d’investissement dans les ENR ont aujourd’hui une bien meilleure cote. Des grandes banques traditionnelles aux plateformes de crowdfunding, les produits de placements « verts » ont le vent en poupe. Et ce n’est pas qu’une question de tendance au développement durable, il y a un véritable aspect rationnel à cela.

Le secteur des énergies renouvelables s’est largement structuré en quelques années. La demande globale d’énergie rapidement, et les ENR sont de plus en plus perçues comme indispensables pour la contenter. Les acteurs, plus matures, sont désormais des références de l’économie réelle. Cerise sur le gâteau : un contexte favorable en matière de politique économique, particulièrement en France. De quoi nous donner le sourire !

Une croissance deux fois plus rapide pour l’énergie renouvelable

Les prévisions de croissance du secteur de l’énergie renouvelable sont au beau fixe ! La très reconnue AIE, Agence Internationale de l’Energie, qui a en 2017 revu ses prévisions de croissance à la hausse, prévoie une augmentation de la production de 43% d’ici 2022, en parallèle avec une baisse des coûts de production. De quoi attirer les investissements ! Et justement, les investisseurs ne s’y trompent pas : le capital risque ne s’est jamais autant intéressé aux ENR qu’en 2018, battant des records dès le premier semestre.

 

évolution des investissements dans les énergies

 

Une croissance que plus rien ne peut arrêter ?

Que ce soit en termes de production ou de consommation, la part des ENR dans le mix énergétique mondial augmente plus vite que la majorité des experts le prédisait il y a 10 ans. Non contentes de ce constat, les ENR représentent même 90% de la nouvelle capacité énergétique installée en Europe*. Les taux de croissance des ENR sont tous à 2 chiffres, et le photovoltaïque à lui seul dépasse 30%.

Et comme les énergies renouvelables deviennent compétitives, avec des coûts de production qui diminuent continuellement, les objectifs du secteur peuvent être ambitieux.

 

Le coup d’avance des GAFAM, qui investissent dans les énergies renouvelables

L’AIE prédit, à l’horizon 2040, une augmentation de plus de 40% de la consommation mondiale d’énergie, principalement du fait des pays émergents. Toutefois, on peut questionner cette seule responsabilité, dans un monde qui s’est largement numérisé et où il faut nourrir des datacenters boulimiques en énergie. Au point que les GAFAM, ces grands ténors du digital, s’intéressent de très près au secteur. Car il en faut de l’énergie pour faire tourner Google, Amazon ou Facebook ! Les ENR sont de très belles opportunités pour ces entreprises, et pas seulement en termes d’image. L’énergie est au cœur de leur compétitivité, ces entreprises ont besoin de stabilité des prix, de réduire leur dépendance aux circuits classiques, et surtout de garantir l’accès à leur carburant. Voilà pourquoi Google a investi 2,5 milliards dans l’énergie renouvelable, dont 250 millions dans la fabrication de panneaux solaires…

 

Un contexte de politique économique et réglementaire favorable

Revenons en France, où on aimerait trouver un acteur ayant cette ambition. En attendant, le contexte politique est plutôt favorable, pour peu qu’on le regarde dans sa globalité. D’abord avec une tendance de fond à soutenir l’économie réelle, ensuite avec des mesures telles que le GPI (Grand Plan d’Investissement), annoncé en juin 2018, et doté de 57 milliards d’euros pour financer notamment la transition énergétique et l’innovation.

Citons également le débat public qui vient de se terminer sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et qui rend un avis favorable à la poursuite des efforts de l’Etat dans le respect de la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV).

 

Un marché consolidé, des acteurs sérieux

On est loin des années « far-west », où de nombreux acteurs opportunistes ont investi le marché aussi vite qu’ils ont disparu… Aujourd’hui le marché arrive à maturité. Les dernières années ont vu de très nombreuses consolidations, créant des groupes solides aux stratégies diverses : développement technologique, géographique, production, stockage, commercialisation…

 

La place de CVE dans ce contexte est hautement favorable, et on s’en réjouit : tout en restant indépendants, nous avons aujourd’hui atteint une taille qui nous permet d’avoir la confiance de partenaires bancaires et de fonds d’investissement, ainsi que le soutien d’institutionnels tels que EDF, l’INRA etc. Notre stratégie d’offre de solutions complètes, tournées vers les besoins complexes de nos clients, est idéalement positionnée pour profiter pleinement de ces vents favorables.

Et c’est le moment que nous avons choisi pour ouvrir notre capital et partager notre vision…

Nous serons jeudi 27 et vendredi 28 septembre sur le salon Patrimonia, et nous vous y accueillerons avec plaisir pour échanger notre point de vue et vous présenter les opportunités d’investissements.

Patrimonia 2018

 

* Source Windeurope

Photo par Christian Joudrey